25 décembre 2010

PHOTO : Best of des photos de l’année by TIME
Les photos qui ont marqué l’année 2010 : les catastrophes climatiques : séismes, éruptions, inondations et la guerre. Une série peu joyeuse mais quelques photos canons !barackobama.jpgeruptioneyjafjallajokull.jpgcoupedumondeafriquedusud.jpg

avatar

25 décembre 2010

AVATAR ! Le long-métrage a été dans le courant de l’année 2010 téléchargé (illégalement…) via BitTorent 16 580 000 fois. Vous l’aurez compris, le chiffre est d’autant plus impressionnant, puisque les voix de type Megaupload, ect. n’ont pas été prises en compte.

En seconde position des films les plus téléchargés via BitTorrent en 2010, on retrouve Kick Ass (11 400 000 fois), suivi de près par Inception 9 720 000 téléchargements) puis par Shutter Island (9 490 000 téléchargements).avatar407x540.jpg

music

25 décembre 2010

telecharger google chrome cliquer sur google pour telecharger

25 décembre 2010

google

la bande dessinee

25 décembre 2010

 la bande dessinee dans theathre txt planchebandedessineeapprendre11572955279673d.txt

unitee centrale

25 décembre 2010

unite centrale

25 décembre 2010

maroc telecom

25 décembre 2010

unite centrale

facebook

25 décembre 2010

Aller à : Navigation, rechercher
Retrouvez-moi sur Facebook !
Pour suivre toutes les actualités Artisanat dans les Alpes de Haute-Provence, rendez-vous sur la page Facebook « Artisanat dans les Alpes de Haute-Provence ». Tous les évènements au jour le jour, des liens utiles, un espace d’échange accessible à tous les membres Facebook.

Devenez fan sans plus tarder ! Artisanat dans les Alpes de Haute-Provencefacebook.jpg

NELSON MANDELA

24 décembre 2010

PERSONNAGES
L’historien de service, le Président, Nelson Mandela,
Un citoyen blanc et une citoyenne blanche
Le juge, l’indépendantiste Steve Biko,
Donald Woods, le Président de Klerk.

1 – Les commencements de l’Afrique du Sud
L’HISTORIEN DE SERVICE – Comment parler de Nelson Mandela sans parler d’abord de l’Afrique du Sud? Mais l’histoire de l’Afrique du Sud n’est pas facile à raconter… Avant l’arrivée des blancs, elle était habitée par des populations noires peu nombreuses: les Bushmen et les Hottentots dans la région du Cap, plus haut les Zoulous et Les Bantous… et par-ci par là quelques autres populations de moins d’importance… Aux seizième et dix-septième siècles, les bateaux portugais ou hollandais qui s’en allaient chercher fortune aux Indes, prirent l’habitude de faire escale au Cap, pour y prendre de l’eau, des légumes et de la viande. Comme les lieux n’étaient pas désagréables, les Hollandais y installèrent de petits établissements côtiers. Ils furent rejoints à la fin du dix-septième siècle par des protestants français qui avaient été chassés de France par la Révocation de l’Edit de Nantes. Avec quelques Allemands, ils formèrent le cœur de la population blanche. Ils parlaient l’afrikaner et vivaient dans des communautés fermées d’inspiration protestante. Au début du dix-neuvième siècle, survinrent les Anglais, par l’odeur alléchés. Lesquels se montrèrent tellement « insupportables », avec leurs idées libérales et leur mauvaise éducation, que les Afrikaners, de tradition patriarcale autoritaire et puritaine, décidèrent d’aller s’installer ailleurs. Ils partirent au milieu du dix-neuvième siècle et, bousculant les Zoulous qui se trouvaient sur leur chemin (bataille de Blood River), s’en allèrent s’installer au nord-est, du côté de Johannesburg, où ils fondèrent, la République libre du Transvaal et la République libre d’Orange. Cependant que les Anglais, pour compliquer la situation, faisaient venir dans la région de Durban des travailleurs en provenance des Indes. Mais quand, ô miracle, les Afrikaners eurent trouvé dans leur nouvelle patrie de l’or et des diamants, les mêmes Anglais, sous d’excellents prétextes, se précipitèrent et menèrent contre eux une guerre très sanglante qui dura de 1899 à 1902. Naturellement, les Anglais, qui y avaient employés 500 000 hommes! furent vainqueurs et les accords qu’ils passèrent ensuite avec les Afrikaners consacrèrent l’hégémonie des cinq millions de blancs sur les quarante-cinq millions de non-blancs du territoire. Blancs, non-blancs… c’est de cette opposition que naquit l’histoire tourmentée que nous allons conter.

2 – Naissance de l’Apartheid
LUI – Le drame, dans toute cette affaire, c’est que nous ne pouvons pas supporter ces gens-là!
ELLE – Absolument pas, vous avez bien raison! Nous sommes tout de même en 1950…
LUI – Que nous ne pouvons pas les supporter, mais que nous ne pouvons pas nous en passer.
LE PRESIDENT – C’est la raison pour laquelle, moi, le président de l’Afrique du sud, sachant que la mission que nous avons reçue de Dieu est de protéger les peuples inférieurs et de leur permettre de se développer de leur côté, selon leur voie, je décrète, pour que chacun soit satisfait, que d’abord chacun dans le pays sera bien étiqueté selon sa race: les blancs, les noirs, les colorés, les indiens… etc. Il y en a qui trichent! Qu’on sache à quoi s’en tenir.
LUI – Très bien, c’est un premier pas…
LE PRESIDENT – Et pour couper court à toute discussion, les noirs en particulier devront toujours être porteurs de leur laissez-passer…
ELLE – Parfait. On ne sait pas toujours à qui on a affaire… Il y en a qui sont plus ou moins noirs.
LE PRESIDENT – Je décrète également que les non-blancs… mais est-ce la peine de le dire? ne pourront pas coucher avec les blancs… ni évidemment avec les blanches. Encore moins se marier.
ELLE – Naturellement… Quelle horreur!
LE PRESIDENT – Ni fréquenter les mêmes cafés, ni pisser dans les mêmes toilettes…
LUI – C’est tellement dégoûtant!
LE PRESIDENT – Ni évidemment habiter dans les mêmes endroits…
ELLE – Ah, ah, enfin…. Chaque chose à sa place, un peu d’ordre nous fera du bien.
LE PRESIDENT – Conséquemment, des zones spéciales, des petits royaumes pour ainsi dire, seront aménagées pour les noirs, dans lesquelles ils devront se tenir, sauf à être autorisés à venir travailler chez les blancs…
ELLE – Oui, parce qu’il faut bien tout de même que la vaisselle soit faite, que les ordures soient enlevées…
LUI – Et aussi les usines, l’agriculture, les services publics, les mines surtout… Il faut penser à tout. Je vous l’avais bien dit, on ne peut pas s’en passer!
LE PRESIDENT – Mais rassurez-vous, les noirs n’auront pas droit à l’enseignement professionnel et ils ne pourront pas accéder à des fonctions de responsabilité.
ELLE – A quoi bon le dire, ils n’en seraient pas capables.
LE PRESIDENT – Et chaque soir, ils devront réintégrer les cabanes de leurs townships.
LUI – Cela nous fera au moins des nuits tranquilles!
LE PRESIDENT – Et naturellement nous aurons une vigoureuse police. De toute façon, les noirs n’auront pas le droit de faire de grève, ni d’organiser de résistance passive.
ELLE – Il ne manquerait plus que cela!
LE PRESIDENT – Car il faut éviter jusqu’au souvenir de ce Gandhi qui est si dangereux. Les Anglais vont s’y laisser prendre: nous ne ferons pas la même erreur!

3 –Le procès de Nelson Mandela
L’HISTORIEN DE SERVICE – Toutes ces dispositions, et d’autres encore, instaureront un état de fait qui s’appellera l’Apartheid… Savez-vous à quoi me fait penser cette situation? Permettez-moi, en tant qu’historien… juste une petite histoire! Les dieux de Babylone se révoltèrent un jour contre leur maître, le super-dieu Marduk: ils en avaient assez de faire les travaux nécessaires pour entretenir le monde et pourvoir à leur propre subsistance… Après quelques jours de grève, Marduk eut une idée géniale et il créa les hommes. Les hommes seraient des sous-êtres qui seraient les serviteurs de dieux et travailleraient à leur place. Et cela fonctionna parfaitement bien… Les blancs d’Afrique n’eurent même pas la peine de créer des sous-hommes: les sous-hommes étaient déjà là, lorsqu’ils débarquèrent, et ils les traitèrent effectivement en sous-hommes… Et il arriva ce qui devait arriver. Les noirs, ou si vous préférez les non-blancs, ou si vous préférez les sous-hommes, ne purent pas supporter cet Apartheid et ils se révoltèrent. Ils organisèrent la résistance, en particulier au sein de leur « Congrès National Africain ». Il y eut pendant très longtemps des émeutes, des arrestations, des exécutions… Et un beau jour, leur chef, Nelson Mandela, un avocat noir, fut capturé… et jugé. Nous sommes en 1964…
LE JUGE – Monsieur Mandela, les tribunaux sud-africains sont très sévères, mais conformément à la tradition anglaise, avant de prononcer le jugement, ils donnent libéralement la parole aux accusés. Voulez-vous la prendre?
NELSON MANDELA – « Certainement, et je le ferai pour vous dire que ce que nous voulons avant tout, c’est l’égalité des droits civiques.. Voici quelque trente ans que vous avez instauré le régime de l’Apartheid. Nous ne le supportons plus. Les Africains veulent recevoir un salaire qui leur permette de vivre. Ils veulent exercer les professions dont ils sont capables et non le travail pour lequel le gouvernement les déclare aptes. Ils veulent être autorisés à travailler là où ils trouvent du travail et ne pas être chassés d’une région sous prétexte qu’ils n’y sont pas nés. Ils veulent pouvoir posséder de la terre là où ils travaillent et ne pas être obligés de vivre dans des maisons qui ne seront jamais à eux. Les Africains veulent vivre comme les autres citoyens et ne pas être enfermés dans des ghettos. Les hommes africains veulent que leurs femmes et leurs enfants vivent là où ils travaillent et ne pas être obligés de mener une existence artificielle dans des foyers pour hommes. Les femmes africaines veulent vivre avec leurs maris et ne pas rester comme des veuves dans les réserves. Les Africains veulent pouvoir sortir après onze heures du soir et ne pas être enfermés dans leur chambre, comme de petits enfants. Les Africains veulent un partage équitable de l’Afrique du Sud. Ils veulent la sécurité et une place dans la société. Et par-dessus tout ils veulent des droits politiques égaux. »
LE JUGE – Très bien… Avez-vous encore quelque chose à ajouter?
NELSON MANDELA – Oui. J’ajouterai que devant les violences quotidiennes qui nous sont faites, individuellement ou, comme à Sharpeville, collectivement – 79 morts et 178 blessés – nous n’avons pas d’autre choix, moi et les miens, que de continuer à avoir recours à la violence.
LE JUGE – Monsieur Mandela, nous vous avons entendu… Pour toutes les transgressions que vous et les vôtres avez commis et vous apprêtez à commettre, nous devrions vous condamner à mort. Nous nous contentons cependant, pour des raisons politiques, de vous condamner à l’emprisonnement à vie.

- 4 L’assassinat de Steve Biko
L’HISTORIEN DE SERVICE – Et, effectivement la lutte continua, ouverte, violente, impitoyable. Au cours de laquelle Steve Biko, un des leaders des étudiants noirs, se trouva particulièrement visé…
DONALD WOODS – Mais que fais-tu? On t’a interdit de parler…
STEVE BIKO – Comment veux-tu qu’on se taise… Donald Woods, tu es journaliste et bien qu’anglais, tu devrais comprendre cela. Six cents gosses mitraillés parce qu’ils ne veulent pas apprendre l’afrikaner! Non, on ne peut pas oublier le massacre de Soweto.
DONALD WOODS – La massacre de Soweto… Tu as raison, mais, je t’en supplie, Steve Biko, tiens-toi tranquille… Tu es le responsable de l’Organisation sud-africaine des étudiants noirs et tu peux être sûr que la police te surveille. Je ne comprends même pas que tu n’aies pas encore été arrêté. Cela ne te suffit pas d’avoir été mis au secret pendant trois mois. Ne tiens-tu pas à la vie?
STEVE BIKO – Il vaut mieux mourir pour une idée qui vivra que vivre pour une idée destinée à mourir… Ceci dit, si, je tiens à la vie, et je fais tout pour la conserver, mais tu ne m’empêcheras pas de sillonner les provinces pour y ranimer la flamme de la révolte…
DONALD WOODS – Attention, les voilà…
LE POLICIER – Steve Biko, nous vous arrêtons….
DONALD WOODS – Attendez, attendez…
LE POLICIER – Vous, le journaliste, vous feriez mieux de vous taire. Allons, Steve Biko, en route…
DONALD WOODS – Nous sommes le 18 aout 1977. Ils l’ont emmené à Port-Elizabeth ou ils le frappent et le torturent cruellement… Puis, le 11 septembre, ils le jettent tout nu à l’arrière d’une camionnette. Ils l’emmènent à Pretoria. Douze cents kilomètres d’une route cahotante. En arrivant, il meurt, officiellement d’une grève de la faim… Mais moi, Donald Woods, j’ai réussi à m’introduire dans la morgue où son corps était déposé, je l’ai photographié: il a reçu des coups violents sur la tête qui n’ont rien à voir avec une grève de la faim… Maintenant, ma vie est en danger. Je réussis à m’évader d’Afrique du Sud déguisé en prêtre irlandais, ils essayent d’abattre l’avion dans lequel je m’enfuis, j’arrive à Londres, j’écris un livre sur Steve Biko et l’Afrique du Sud, je fais des conférences un peu partout… Biko devint le symbole de la résistance noire à la férocité blanche. Et, de fait, les nations découvrent la violence de la répression, les commandos de la police secrète, les assassinats, les tortures… lesquels ont provoqué des actions en retour et même aussi une lutte sauvage entre les diverses factions des peuples persécutés. Années de nuit, de fer, de feu, de douleur et de sang… Combien de victimes? Qui le saura jamais? Certains disent que trois millions de personnes furent atteintes d’une façon ou d’une autre. De toute façon, l’opinion internationale est touchée. A la fin, le régime sud-africain est condamné, mis au ban des nations et, à l’ONU, le conseil de sécurité vote coup sur coup les Résolutions 417 et 418, imposant de sévères embargos sur les produits à destination et en provenance d’Afrique du Sud, en particulier sur les armes.

5 – Le président Frederik de Klerk libère Mandela
L’HISTORIEN DE SERVICE – Cela ne pouvait durer. En 1989, un nouveau président d’Afrique du Sud, Frederik de Klerk succéda à l’intransigeant Pieter Botha. Il sentit très vite qu’il fallait renverser la vapeur.
FREDERIK DE KLERK – Je n’ai pas de sympathie particulière pour toute cette population de noirs et de métis… mais, avec la complicité d’une partie des blancs, des blancs libéraux! je dois avouer qu’ils ont réussi à créer une situation impossible. Notre économie est ruinée, la fraude est générale, les capitaux nous fuient… La rigidité d’esprit est mauvaise, je crois en la persuasion. Discutons. Avec qui? Nous n’avons qu’un interlocuteur possible, c’est Mandela. Heureusement que nous l’avons soigneusement mis au frais! Monsieur Mandela, vous êtres libre…
NELSON MANDELA – Cela fait bien trente ans que j’attends, monsieur de Klerk…
FREDERIK DE KLERK – Pas tout à fait: vingt-sept ans et cent quatre-vingt-dix jours…
NELSON MANDELA – En effet! Mais la seule chose qui compte vraiment c’est qu’aujourd’hui j’ai 71 ans.
FREDERIK DE KLERK – Pardon, monsieur Mandela, pour cette longue attente. Mais maintenant il faut venir à bout de ce gâchis!
NELSON MANDELA – Gâchis, vous pouvez le dire. Je suis prêt à vous aider. Mais ne comptez pas sur une victoire facile. Aujourd’hui, vous m’avez libéré, mais je n’ai toujours pas le droit de vote. Ne croyez pas que nous allons signer bêtement la paix. La lutte continue… Je viens de faire le tour du monde, j’ai convaincu les nations de la justesse de notre cause. Oui, discutons, mais commencez par libérer les détenus politiques et faites revenir les exilés…
FREDERIK DE KLERK – Monsieur Mandela, sachez que même les milieux économiques plaident pour un changement radical. Ils sont étouffés. Etouffés par les sanctions internationales et aussi parce qu’ils ne peuvent pas trouver de main d’œuvre éduquée, ce qui est bien de notre faute, à nous blancs. Je vous l’accorde, je libère les détenus, je fais revenir les exilés. Préparons des élections libres.
NELSON MANDELA – Hélas! Maintenant que nous essayons de réparer ces années de violence et de malheur, ce sont vos extrémistes blancs qui sèment la mort. Ils haïssent le noir… Attentats sur attentats…
FREDERIK DE KLERK – Et chez vous, même entre noirs, les règlements de compte sont nombreux!
NELSON MANDELA – Je vous l’accorde.
FREDERIK DE KLERK –Mais je sais que de notre côté, les blancs, nous ne nous entendons pas. Ce qui provoque un bain de sang général.
NELSON MANDELA – Comme pour noyer le processus de paix! Mais comment réconcilier avec elle-même une population si profondément divisée?
FREDERIK DE KLERK – De toute façon, monsieur Mandela, votre parti, l’A.N.C., le Congrès National Africain, remportera les élections prochaines et en 1994, vous serez élu à la présidence de la République. Voilà cinq ans que vous êtes libre, il faudra bien que vous trouviez une solution!

6 – Les commissions Vérité et Réconciliation
NELSON MANDELA – Je suis bien embarrassé! Vous me laissez une situation impossible… Si nous allions demander conseil à notre ami Desmond Tutu, qui a reçu le prix Nobel de la paix? Un archevêque noir, ça pourrait avoir des idées.
DESMOND TUTU – J’en ai… Cet immense bourbier de souffrances qu’est notre pauvre Afrique du Sud, nous ne pouvons l’ensevelir dans l’oubli.
FREDERIK DE KLERK – Oui, tant de crimes qui ont été commis de part et d’autre…
NELSON MANDELA – Il va bien falloir qu’ils soient jugés.
DESMOND TUTU – Ce n’est pas ce que je veux dire. Imaginez-vous une brochette de juges noirs faisant comparaître ne serait-ce qu’un seul policier blanc, de la même façon qu’à Nuremberg les alliés ont jugé les nazis…?
NELSON MANDELA – Non, je ne l’imagine pas.
DESMOND TUTU – Et pouvez-vous imaginer pourtant qu’ils ne soient pas jugés…?
FREDERIK DE KLERK – Non plus, vous avez raison.
DESMOND TUTU – Alors, j’ai une solution… Ce peuple a besoin d’être réconcilié avec lui-même. Tous ceux qui ont été touchés – et ils sont tellement nombreux! – ne recherchent pas forcément la vengeance. Ils veulent au moins dire, savoir… et qu’on dise, et qu’on sache! Leurs malheurs, ils les ont vécus chacun dans leur coin, ils n’on pu les confier à personne, personne n’en a été informé, ils n’ont même pas osé se plaindre…
FREDERIK DE KLERK – Ne vaut-il pas mieux laisser tout cela, oublier, regarder vers l’avant…?
DESMOND TUTU – Non, l’abcès doit être percé. Je propose qu’en chaque ville du pays on organise des commissions spéciales chargées de recueillir la vérité…
NELSON MANDELA – La vérité? Par exemple?
DESMOND TUTU – Par exemple…! Dans telle et telle condition, ma famille a été massacrée, j’ai été torturé, j’ai été violée, mon fils ou mon mari ou ma femme ont disparus sans qu’on sache ce qui leur est arrivé, j’ai perdu la vue ou ma jambe ou mes deux mains dans tel ou tel attentat… Il faut lever le couvercle, que chaque douleur soit reconnue, inscrite dans l’histoire de la nation. Sans volonté de revanche… Simplement, pouvoir parler pour pouvoir exister.
FREDERIK DE KLERK – Ne craignez-vous pas…?
DESMOND TUTU – Quant aux coupables… de quelque camp qu’ils soient… car il y a eu des deux côtés des crimes inqualifiables… Quand aux coupables, s’il est prouvé qu’ils ont agi sans haine dans le cadre d’une mission officielle, ils pourraient obtenir l’amnistie… Pourvu qu’ils la demandent et reconnaissent leurs torts. Du haut au bas de l’échelle…
NELSON MANDELA – Et les autres?
DESMOND TUTU – Les autres… ceux qui ont agi de manière gratuitement cruelle ou de leur propre initiative, les vrais criminels, les sadiques, qui n’oseront pas demander l’amnistie… eh bien, nous n’avons pas supprimé les tribunaux: ils seraient jugés pour ce qu’ils ont fait.
FREDERIK DE KLERK – Et c’est une opération qui durerait combien de temps?
DESMOND TUTU – Je ne sais pas… Si nous voulons la mener prudemment et justement… trois ou quatre ans.
NELSON MANDELA – Cela fait beaucoup.
DESMOND TUTU – Si vous considérez les trois cents ans de souffrances que nous nous sommes infligés les uns aux autres, cela n’est rien. Nous appellerions ces commissions: Commissions Vérité et Réconciliation.
FREDERIK DE KLERK – Commissions Vérité et Réconciliation… Pourquoi pas? Qu’en pensez-vous, monsieur Mandela?
NELSON MANDELA – C’est une porte ouverte… Nous n’en avons guère d’autre.

7 – Conclusion
L’HISTORIEN DE SERVICE – Effectivement, les commissions Vérité et Réconciliations fonctionnèrent pendant quatre ans, de 1995 à 1999… Environ 46 000 cas de violences commises 1960 et 1994 furent examinés. Il y eut 7 112 demandes d’amnisties de la part des auteurs de violences, dont seulement 840 furent accordées. Cette démarche, diversement appréciée, il faut le dire, joua un rôle important dans le lent renouveau du pays, auquel se consacra le nouveau président, Nelson Mandela.

RAPPEL HISTORIQUE.

1487 – Le Portugais Bartolomeo Dias double le cap de Bonne-Espérance.
1652 – Installation au Cap des premiers colons hollandais et allemands.
1688 – Arrivée de 200 huguenots français.
1806 – Les Anglais occupent le Cap pour éviter que Napoléon ne s’en empare.
1816 – Les droits des Anglais sont confirmés par le congrès de Vienne.
1833 – Abolition de l’esclavage par les Anglais. Nombreuses petites exploitations ruinées.
1833 – Début du grand Trek… Les Boers (les premiers colons) s’en vont vers le nord.
1838 – Victoire des Boers sur les Zoulous à Blood River.
1852 – Les Anglais reconnaissent les états boers d’Orange et du Transvaal.
1860 – Arrivée des premiers travailleurs indiens dans la région de Durban.
1867 – Découverte de diamants à Kimberley.
1881 – Fondation de la « de Beers » (société spécialisée dans le diamant) par Cecil Rhodes.
1886 – Découverte de l’or de Johannesburg.
1899 – 1902 – Guerre et victoire des Anglais contre les Boers.
1910 – Londres proclame l’Union sud-africaine.
1910 – Le « Native Land Act » limite à 7% du territoire les propriétés des noirs.
1912 – Fondation de l’A.N.C. (Congrès national africain), mouvement noir non violent.
1914 et 1940 – l’Afrique du Sud anglaise participe aux deux guerres mondiales.
1948 – Début des dispositions de l’Apartheid… (voir plus haut)
1950 – L’A.N.C. accentue sa résistance.
1960 – Emeutes de Sharpeville (70 morts).
1960 – Indépendance de l’Afrique du Sud.
1964 – Mandela condamné à la prison à vie.
1976 – Emeutes de Soweto (600 morts).
1977 – Mort de Steve Biko, responsable des étudiants noirs africains.
1980 – L’armée intervient contre les manifestants. Réaction internationale contre l’Apartheid.
1984 – Desmond Tutu, évêque protestant du Cap, reçoit le prix Nobel de la Paix.
1989 – Frederik de Klerk est élu président.
1990 – Libération de Nelson Mandela. S’ensuit une période troublée…
1994 – Premières élections multiraciales. Nelson Mandela est élu président.
1996 – Une constitution est adoptée. Départ des commissions Vérité et Réconciliation.
2000 – Elections municipales. L’A.N.C. remporte la majorité des villes.

123456