Étymologie[modifier]

D’après Étienne de La Boétie dans son Discours de la servitude volontaire, Cyrus II dans son édification de l’empire Perse a assujetti la Lydie, non par la force ou par la destruction, mais en développant les maisons de jeux qui ont affaibli la volonté de résistance du peuple lydien.
Les Étrusques pratiquaient des jeux (ludi circenses et ludi scaenici) dont la vocation étaient rituelles et religieuses. Les Romains en ont repris certains principes dans leurs jeux du cirque.
C’est ainsi qu’en latin le jeu est désigné par ludi, qui a donné en français ludique et autres dérivés (ludothèque, ludant, ludé, ludion…). jeu vient du mot latin jocus signifiant plaisanterie ou badinage.
Généralités[modifier]

Définition[modifier]
Roger Caillois dans « Les jeux et les hommes » (Gallimard, 1957 (ISBN 2070326721) ), s’est essayé à une définition du jeu. C’est une activité qui doit être :
Libre : l’activité doit être choisie pour conserver son caractère ludique
Séparée : circonscrite dans les limites d’espace et de temps
Incertaine : l’issue n’est pas connue à l’avance
Improductive : qui ne produit ni biens, ni richesses (même les jeux d’argent ne sont qu’un transfert de richesse)
Réglée : elle est soumise à des règles qui suspendent les lois ordinaires
Fictive : accompagnée d’une conscience fictive de la réalité seconde
Caillois propose quatre catégories de jeux: ceux qui reposent sur la compétition (agôn), le simulacre (mimicry),le hasard (alea), et enfin ceux qui ont pour objet de procurer une impression de vertige (ilinx).
Pratiquement, toute activité humaine peut être l’objet d’un jeu, et réciproquement tout jeu peut cesser de le devenir. En effet, le jeu est avant tout une institution (comme l’école, l’Assemblée nationale…), limitée dans le temps et limitée aux joueurs de la partie. Le jeu institue un espace de liberté au sein d’une légalité particulière définie par la règle du jeu (Colas Duflo, Jouer et philosopher, Presses universitaires de France, 1997).
Cependant, les deux définitions ci-dessus ne considèrent le jeu qu’en lui-même et pas dans ses rapports avec le monde réel extérieur au jeu. Le jeu est aussi une manière de représenter le monde. Ainsi le jeu transpose dans un objet concret des systèmes de valeurs ou des systèmes formels abstraits. De ce point de vue le jeu peut être considéré comme une métaphore du monde (ou d’une de ses parties). Jouer et/ou inventer un jeu, construire une partie en interaction avec son adversaire relève alors d’une activité culturelle de haut niveau, et chaque partie jouée est une forme d’œuvre d’art.
Le jeu de l’acteur, par l’absence de règles strictes, par le caractère prévisible de l’action ou encore par l’absence de compétition donne un aperçu de la difficultés à cerner les limites du jeu.
De plus, le jeu ne se développe pas seulement dans un cadre formel mais se crée aussi spontanément. Jouer à la poupée, à la guerre, à la classe ou avec des figurines ne permettent ni de gagner, ni de perdre, mais se contentent de représenter le monde et d’entraîner le joueur à affronter la vie réelle, dans un cadre où une fausse manœuvre n’engendre que peu de conséquences.250pxpieterbruegeld041.jpgCoopération et compétition[modifier]
Que ce soit sous la forme de deux équipes symétriques ou dans une relation de type chacun pour soi, la majorité des jeux reposent sur la compétition directe.
Il existe, principalement parmi les jeux traditionnels, bien d’autres mécanismes. Par exemple, les joueurs peuvent changer d’équipe au cours du jeu, c’est le cas des jeux convergents comme la balle au chasseur où les joueurs vont progressivement passer d’une situation un contre tous à une situation tous contre un au cours de la partie.

Une partie de Colin-maillard – 1803
Le principe des jeux paradoxaux est encore plus riche en interactions : Il s’agit de jeux où l’adversaire est en même temps un partenaire potentiel. La situation paradoxale la plus simple est lorsque trois équipes sont en relation triangulaire : Les joueurs de l’équipe A peuvent éliminer les joueurs de l’équipe B, ceux de l’équipe B les joueurs de l’équipe C et ceux de l’équipe C les joueurs de l’équipe A. Cette disposition implique donc que si l’équipe A élimine trop de membres de l’équipe B, plus personne ne pourra la protéger de l’équipe C. Ce principe est par exemple utilisé par le jeu poule renard vipère ou encore par Atride, un jeu de société créé en 1994 par Gauthier Fourcade. Mais il existe des jeux comme par exemple la balle assise provoquant des situations paradoxales beaucoup plus complexes.
La structure relationnelle des jeux peut être un enjeu idéologique. Par exemple, dans l’ouvrage Jeux coopératifs pour bâtir la paix (1988), Mildred Masheder propose des activités ludiques qui ne peuvent être menées à bien que par la solidarité et la coopération entre tous les joueurs. Ces jeux éducatifs tentent de marginaliser la compétition, estimant qu’elle est une source de violence.
Les jeux de rôle constituent les jeux de coopération par excellence, les joueurs étant amenés à s’entraider pour atteindre des objectifs communs.250pxpaulczannelesjoueursdecarte189295.jpg

Laisser un commentaire